Ma beauté low impact : j’arrête le coton jetable

Il est possible de prendre soin de sa peau tout en pensant à la planète. Dès la salle de bain, les beautysta peuvent réduire l’impact écologique. Mon premier geste low impact est de ne  plus utiliser les disques de coton jetables pour me démaquiller.  Après quelques recherches, je me suis rendue compte que la culture de coton est très gourmande en eau et pas très équitable.

La culture de coton en quelques chiffres

image001

L’argument vert

#Eau la culture de coton est la 3ème culture consommatrice d’eau : 5 260 litres d’eau pour faire 1 kilo de coton. Je vous laisse donc faire le calcul : en 2017, combien de  litres d’eau ont été nécessaires à 25,3 millions de tonnes (oui de tonnes !) de coton ?

#Pesticides : la culture de coton nécessite 1/4 des insecticides à l’échelle mondiale, dont certains classés par l’OMS comme « hautement dangereux » ou « extrêmement dangereux ».

#Produits chimiques : welcome l’acné! Pour rendre le coton plus blanc que blanc, les  producteurs utilisent du clore ou des azurants chimiques (des colorants bleus utilisés pour le blanchiment du linge). Pour la teinture du coton, ils emploient des métaux lourds comme du plomb ou du chrome, très toxiques.

Ma beauté low impact

Depuis quelque temps, j’ai donc abandonné le disque de coton pour adopter les lingettes en coton bio. L’utilisation de coton jetable représenterait en moyenne 7 mètres cubes de déchets par femme durant sa vie (source : http://glamconscious.fr). Pour ma part, il me fallait au moins 4 disques pour faire peau nette, sans compter les noisettes de  lait démaquillant. Dorénavant, une lingette suffit pour me démaquiller entièrement le visage. J’ai donc testé et adopté les lingettes lavables de Mademoiselle Papillone Couture.

Derrière le papillon, une femme engagée 

Je vous invite à découvrir un reportage de 5min présentant la créatrice des produits, Stéphanie BATTEUX et son entreprise située à Fontenay S/Ay. Cliquez sur le titre du reportage et vous pourrez visionner la vidéo sur YouTube. 

BIEN-ÊTRE & BIEN-VIVRE : Dans la Marne, les lingettes riment avec zéro déchet !

Les lingettes lavables bambou/coton bio

Les 6 mini-lingettes sont vendues dans une enveloppe imprimée sur papier recyclé (imprimeur Label Imprim’Vert). Elles sont toutes de couleur différentes, chacune ayant une fonction expliquée au dos de l’enveloppe. Pour ma part, je les utilise uniquement pour me démaquiller.

La lingette est plus souple que le coton jetable. Il y a une face douce, en velours de bambou et une face épaisse, pour un effet désincrustant grâce à l’éponge de bambou. 

#Utilisation :  j’humidifie la lingette à l’eau tiède. J’utilise la face douce pour me démaquiller les yeux. Elle n’irrite pas la peau absorbe rapidement le mascara et khôl. Je retourne la lingette, côté épais, pour le reste du visage et le cou : fond de teint, poudre, etc. Je les conseille vivement pour les peaux sensibles comme la mienne.

#Entretien : il suffit de les savonner après utilisation, de les rincer et de les laisser sécher pour les réutiliser le lendemain. Elle se nettoie rapidement et facilement au savon. Je les dispose dans une boite en plastique sans couvrir pour une meilleure aération. 

#Prix : j’ai donc fait mes calculs et je vous assure que c’est un investissement vite rentabilisé. J’utilisais les cotons disques de Bionaïa à 1,20 € les 70 disques. Par jour, je consommais en moyenne 5 cotons, mon paquet avait donc une durée de vie de 14 jours environ. Mes 6 mini-lingettes de la gamme Mademoiselle Papillonne Couture  m’ont coûté 5,99 euros chez NaturéO, chaque lingette peut servir 400 fois en moyenne selon lavage.

Conclusion de Mademoiselle A

Les lingettes en tissu lavable de Mademoiselle Papillonne Couture sont une solution pour réduire l’impact écologique dès notre salle de bain. Non seulement vous faites un geste pour notre planète mais en plus, vous bichonnez votre peau avec du velours de bambou.

Les matières, le bambou et le coton bio, à partir desquels sont fabriquées les lingettes sont certifiés Oeko-tex. C’est un gage de qualité et de santé pour le consommateur. Le bambou est une plante écologique qui pousse sans produit agrochimique. Le coton biologique est cultivé avec du compost naturel et sans OGM. Il nécessite moins d’eau que le coton conventionnel.  L’absence de produit chimique dans leur fabrication limite donc les  risques  d’allergies  notamment  chez  les  jeunes  enfants  et les bébés. 

Avant la première utilisation, je vous conseille de faire tremper les lingettes toute une nuit dans de l’eau froide puis de les passer le lendemain au lave-linge. Si comme moi, vous n’avez pas de filet de lavage, placez vos lingettes dans une vieille chaussette.

Faites comme moi, adoptez une beauté low impact en utilisant des lingettes démaquillantes lavables.

Et vous, quel est votre low impact ?


Liens utiles :

  1. https://www.planetoscope.com/agriculture-alimentation/1178-production-mondiale-de-coton.html
  2. http://glamconscious.fr/carres-demaquillants-lavables-remplacer-cotons/
  3. https://www.mllepapillonnecouture.com/les-lingettes-lavables
  4. Article Mademoiselle A : La cosmétique bio
  5. Article Mademoiselle A : Clean Beauty

 

2 commentaires sur “Ma beauté low impact : j’arrête le coton jetable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s